Laisser une place à l’imaginaire de chacun

Mains posées sur la glaise, je regarde, j’effleure, je creuse, je retourne la masse. Je joue avec le plaisir de son contact doux, humide…
Chaque fois, une nouvelle histoire s’initie, qui ne cesse de s’écrire jusqu’au temps où la forme née du mouvement des mains se durcit, s’achève.
Le volume fini, désormais poursuit son chemin dans le regard singulier du spectateur.

— A.Crovisier